Eau! Eau! Eau!


Ephia GBUREK:  jeu sur scène
Raphael THIBAULT: jeux d'ombres  

David TRAMUT: vielle à roue, clarinette

Lola aime l'eau. Mais la mer est loin. Alors elle lave, rince, essore son éponge et rêve de rivières qui l'emportent. Écoutant le clapotis d'une goutte, l'onde de la vague ou le chahut de la chute d'eau, elle s'étonne de cette matière extraordinaire capable de lui révéler son propre reflet. Suivant le fil de l'eau et de ses transformations, elle bouscule son quotidien de lavandière et plonge dans d'extraordinaires mondes aquatiques. La rencontre avec un marin-pêcheur, des poissons abyssaux, un crabe géant et d'autres êtres plus fabuleux encore la mèneront elle aussi à une étrange métamorphose.



Poétique du spectacle

Est ce qu'il va pleuvoir ? Demande la main au ciel.
Pourquoi l'eau tombe-t-elle du ciel ? Demande Lola à la louche.
Pourquoi cherches-tu toujours à t'échapper ? Demande-t-elle à la goutte.

Et les ronds d'eau, les méandres de la rivière, les vagues de l'océan, toutes ces courbes sont-elles le mouvement naturel de l'eau ? Ou bien est ce quelqu'un ou quelque chose qui les anime ? Comme des fils invisibles manipulant cette drôle de marionnette qu'est l'eau...

 


 





Mise en oeuvre et mise en scène

"Eau! Eau! Eau!" est un spectacle pour questionner l'eau, et chercher à déceler ses secrets plastiques et poétiques. Pour ce faire, un dispositif de bacs d'eau posés sur des rétroprojecteurs projette l'image de l'eau de façon très réaliste et à grande échelle. Ainsi sont visibles en détail, ondes, bulles et déversements d'eau en cascade comme regardés au travers de la lentille du microscope. Sur ce fond aquatique apparaissent les ombres chinoises de la comédienne qui baigne dans cet élément. La comédienne passe alternativement devant et derrière l'écran suivant les transformations des images ou de sa propre apparence. Le musicien, outre ses instruments rythmant le spectacle, joue des sonorités de l'eau et de ses variations.



 

 A l'origine du spectacle
L'eau est un élément fascinant. Elle nous entoure et nous constitue. Elle est à la source de la vie et nous naissons dans l'eau. L'eau ne se laisse pas prendre mais elle se laisse voir : vague ou cascade, moulin, turbulence ou turbine, le tourbillon semble être le mouvement naturel de l'eau.
L'eau présente de multiples avatars qui lui confèrent des pouvoirs de magicienne. Associée aux jeux d'ombres et de reflets, elle offre une poésie plastique et sonore insolite. Ainsi, en creusant l'idée de proposer un spectacle sur le thème de l'eau à partir du théâtre d'ombres, il a été nécessaire d'étudier l'eau à travers ses formes, mouvements et sonorités:
- Contempler ses ondes, remous et tourbillons.
- Expérimenter les formes multiples de l'eau. De ses trois états connus, observer la glace qui craquelle, l'eau qui bouillonne, la vapeur qui s'échappe libre comme l'air.
- Ecouter le clapotis des gouttes en fonction du réceptacle. Prêter attention aux bruits des bulles, méandres et vagues.
- Refléter l'image de l'eau comme elle le fait avec le ciel. 
Faire comme les enfants, qui peuvent passer des heures à transvaser l'eau d'un récipient à l'autre et trouver le plaisir à remplir un puits sans fond.

Fiche technique

Accueil : 3 personnes
(1 comédienne, 1 musicien et 1 montreur d'ombres)
Espace scénique nécessaire :
6 mètres d'ouverture, 6 mètres de profondeur, 3 mètres de hauteur
Contraintes techniques :
– obscurité dans la salle
– prise secteur 220V/50Hz
Décor, son, lumières : fournis par la Compagnie
Temps d’installation : 3 heures
Temps de démontage : 1 heure
Durée du spectacle : 40 minutes
(+ un temps d'échange avec le public après la représentation)
Jauge maximale : 150 personnes